Laïcité : guerre ou paix ?

 Dans Christ Seul

La laïcité se veut une valeur fondamentale de la République. Elle vise à favoriser la liberté individuelle et le vivre-ensemble dans une société où les convictions sont diverses. Cette valeur n’est pourtant pas facile à comprendre, comme en témoigne la récente controverse entre le Premier ministre et le président de l’Observatoire de la laïcité. Le Figaro est même allé jusqu’à parler d’une « violente passe d’armes ». Car deux conceptions semblent s’affronter. Alors la laïcité, objet de polémique ou instrument de paix ?

ÉQUILIBRE

Définissons la laïcité. Il s’agit en réalité d’un équilibre entre quatre valeurs. Les deux premières sont individuelles : la liberté de conscience et de pratiquer ou non une religion ; l’égalité de tous les citoyens, quelles que soient leurs convictions. Les deux suivantes sont collectives : séparation de l’Église et de l’État, afin d’éviter une emprise du clergé sur la politique ou des politiciens sur la religion ; neutralité de l’État à l’égard de toute conviction pour éviter d’afficher une préférence en faveur d’une partie de la population au détriment d’une autre.

AMÉNAGEMENTS

Cet équilibre donne cependant lieu à des aménagements différents en fonction notamment de l’histoire. Ainsi, dans un même pays, le principe de laïcité peut se décliner différemment. Prenons le financement des cultes : une certaine conception de la neutralité interdit à l’État de financer les prêtres ou les pasteurs. C’est le cas partout en France, à l’exception de l’Alsace et de la Moselle. Ce qui n’empêche pas l’État français de demeurer neutre, même si la traduction effective de cette neutralité varie.

Tender from BalconyRELIGIONS HORS ESPACE PUBLIC

Les choses se gâtent lorsque la laïcité devient un programme idéologique qui cherche à extirper toute présence religieuse de l’espace public. Cette compréhension de la laïcité – athée – existe et possède des raisons historiques. Au 19e siècle, il s’agissait de défaire l’emprise qu’exerçait sur les consciences une Église catholique se voulant hégémonique. La laïcité comporte donc une dimension critique, qui est importante, mais qui peut mal tourner.

RELIGIONS DANS L’ESPACE PUBLIC

Les religions ont leur place dans l’espace public. Pour ce faire, elles doivent cependant accepter que d’autres options de vie sont possibles et que toute conviction énoncée en public s’expose à la critique. Et ce ne sont pas les chrétiens qui nieront cette seconde dimension, eux dont le Messie est mort sur une croix, exposé au public, après une parodie de couronnement. Pourtant, dans cette infamie, ils ont su reconnaître la révélation d’une paix universelle.

Contactez-nous

Envoyez nous un courriel et nous vous répondrons dès que possible.

Illisible ? Changez le texte. captcha txt
0

Commencez à taper et appuyez sur Enter pour rechercher

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer