Le 18 janvier, lors d’une rencontre de l’Organisation Mondiale de la Santé, son directeur, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a averti que le monde serait face à un « échec moral catastrophique » si les pays riches accaparaient les vaccins contre le Covid-19 au détriment des pays pauvres. Et c’est vrai que depuis le début de l’année, nous assistons à une guerre commerciale et psychologique entre les États les plus riches pour obtenir le plus vite possible le maximum de doses. Pendant ce temps, les pays pauvres regardent, attendant que les nations favorisées veuillent bien participer au programme de l’OMS pour répartir équitablement les doses de vaccin.

Si celui-ci fait la une de l’actualité, la situation des réfugiés, l’insécurité alimentaire ou les détresses ...