Au mois de février 2018, Adèle et Priscilia ont observé un « mois sans supermarché ».
QUEL A ÉTÉ LE DÉCLENCHEUR DE CETTE ACTION ?
Priscilia : Cela faisait déjà environ deux ans que j’essayais d’aller plutôt acheter les aliments au marché, à la ferme urbaine ou à l’épicerie où tout est en vrac. Mais l’élément déclencheur a été un flyer avec des explications sur cette action. Cela m’a convaincue de tenter l’expérience.


QUELS ONT ÉTÉ LES DÉFIS ?
Adèle : Un des défis a été de trouver certains produits. Nous avons découvert que nous pouvions en trouver certains dans les magasins « acceptables » (par ex. le dentifrice), mais pas d’autres (cartouches d’encre).

Priscilia : J’ai aussi constaté qu’il me fallait être beaucoup plus ...