Neal Blough raconte les débuts de l’anabaptisme

 Dans Blog

Neal Blough publie ces jours « Les révoltés de l’Evangile – Balthasar Hubmaier et la naissance de l’anabaptisme« , un livre aux Editions du Cerf qui rassemble ses recherches depuis de nombreuses années autour de la la figure de ce personnage méconnu des réformes au 16e siècle.

L’auteur montre comment Balthasar Hubmaier cherche à mettre en place une « réforme communale », concernant la paroisse et la ville (Waldshut puis Nikolsburg). Après l’échec du soulèvement des paysans en 1525, la confession de Schleitheim (1527) exprimera la manière dont l’anabaptisme suisse a pu survivre, comme communauté influencée par le mouvement communal mais désormais à distance de l’autorité politique. Balthasar Hubmaier mourra en martyr, lui dont la devise était « On ne peut tuer la vérité ».

Le livre défend la thèse de l’enracinement des anabaptistes dans les réformes de Luther et Zwingli. « Luther est le père des dissidents, sans qu’il l’ait voulu » (p. 195). En cette année anniversaire des 500 ans de la Réforme initiée par ce dernier, cette lecture confirme si besoin l’appartenance de l’anabaptisme au protestantisme.

Un chapitre sur la confession de Schleitheim, lue à partir des événements qui l’ont précédée (la réforme communale et le soulèvement des paysans), l’éclaire de manière nouvelle et aide à comprendre son séparatisme, dans cette période de grande fluidité.

On trouve à la fin du volume 44 pages d’annexes qui rassemblent des écrits de Balthasar Hubmaier, en traduction française. Citons son traité « Concernant les hérétiques et ceux qui les brûlent », « Une forme pour baptiser dans l’eau », « Une forme pour la cène du Christ », ces deux derniers textes étant des liturgies du baptême et de la cène. Fascinant.

Ce livre est la publication de la thèse d’habilitation à diriger des recherches présentée et soutenue par Neal Blough en 2015. Cette publication met ses travaux d’historien à la portée du grand public !

 

Texte de 4e de couverture

En 1500, l’Europe se proclame chrétienne mais beaucoup pensent que l’Église, malade, a besoin d’être renouvelée. Parallèlement à la rénovation humaniste, représentée par Érasme, émerge la Réforme de Luther et de Zwingli. Dans un premier temps, le désir de changement et l’opposition à Rome unissent les réformateurs. Mais, dans les années 1520, les choses s’emballent : la contradiction entre la poussée subversive de l’Évangile et les institutions séculaires provoquent des ébranlements violents dans l’Empire germanique et la Confédération helvétique. Comment répondre à ces révoltes ? De quelle révolution théologique sont-elles le signe ? Quelle spiritualité voit alors le jour ? C’est à travers la vie et l’engagement emblématiques de Balthasar Hubmaier (1480-1528), prêtre catholique allemand converti au zwinglianisme, penseur d’une ecclésiologie professante et du baptême des adultes, que l’historien Neal Blough fait le récit inédit de la naissance de l’anabaptisme. Ce retour à la foi apostolique issu de la Réforme communale sera condamné par les réformateurs comme hérétique, associant pleinement ses défenseurs au combat social qu’a été le mouvement paysan.
Un retour aux origines d’une confession chrétienne pratiquée par plus d’un million de fidèles aujourd’hui.

 

Référence

Neal Blough, Les révoltés de l’Evangile – Balthasar Hubmaier et les origines de l’anabaptisme, Cerf, Paris, 2017, 315 pages

Contactez-nous

Envoyez nous un courriel et nous vous répondrons dès que possible.

Illisible ? Changez le texte. captcha txt
0

Commencez à taper et appuyez sur Enter pour rechercher

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer