Le Comité Central Mennonite (MCC) oeuvre en faveur de l’instruction

 Dans Infos

Photo du MCC par Doug Enns

Au-delà des fournitures scolaires et de l’accès à l’instruction. Le MCC collabore avec des partenaires du monde entier pour renforcer la qualité de la formation des étudiants. 

5 manières par lesquelles le MCC améliore l’instruction

Le MCC est connu pour favoriser l’accès à l’instruction dans le monde entier, en payant les frais de scolarité, en soutenant la formation professionnelle et offrant des fournitures scolaires. Ce que vous ignorez peut-être est que le MCC travaille également avec ses partenaires pour améliorer la qualité de l’éducation proposée.

De la formation des enseignants à l’implication de la communauté dans la gestion de l’école, voici quelques exemples d’amélioration créative de l’instruction par nos partenaires :

  • Formation des enseignants
    Le perfectionnement professionnel des enseignants est un moyen par lequel le MCC améliore la qualité de l’instruction. Il est important que la formation fournie par le MCC laisse le pouvoir entre les mains des enseignants et des membres de la communauté parce que la compréhension de l’amélioration est différente selon le contexte.

En mars 2016, Learning Ways, un projet soutenu par le MCC au Kenya, a coordonné un programme EdCamp — une formation participative conduite et animée par des enseignants de cinq écoles.

Les participants ont voté pour choisir entre 20 sujets différents afin de déterminer lesquels étaient les plus pertinents à débattre. Les sujets choisis comprenaient des techniques pour aider les élèves lents, la gestion de la classe, la gestion du stress des étudiants, la discipline non-violente et l’enseignement de l’anglais et du swahili.

Le MCC a également promu EdCamps dans d’autres endroits, afin de mettre en valeur l’idée que les enseignants ont des connaissances précieuses à partager les uns avec les autres. Cela leur permet de se considérer comme des éducateurs professionnels plutôt que de penser que l’expertise ne peut provenir que de sources extérieures. Cela leur permet également de faire l’expérience de l’apprentissage participatif, ce qui les prépare pour essayer cette approche avec leurs propres étudiants.

  • Comités de gestion des écoles
    Les associations parents-enseignants et les commissions scolaires peuvent sembler normales à beaucoup, mais dans certaines parties du monde, les familles n’ont rien à dire sur l’instruction de leurs enfants.

Le MCC travaille pour changer cela en encourageant la création de comités de gestion des écoles. Ces comités aident à améliorer la qualité de l’instruction, ils représentent différentes personnes impliquées dans les écoles, ils élargissent le pouvoir de décision et ils augmentent la responsabilité de chacun.

« Lorsque les parents sont impliqués dans la gestion de l’école, la probabilité de la pertinence de l’instruction pour les enfants augmente », a déclaré Lynn Longenecker, coordonnatrice de l’éducation au MCC. « Vous aidez ainsi l’instruction à devenir plus connectée à la vie de la communauté. »

Manu Thapa, qui a deux enfants qui fréquentent l’école secondaire supérieure Janajagriti au Népal, est membre du comité de gestion de l’école. Elle s’est engagée à améliorer l’école.

« Je suis nouvellement élue au sein de ce comité et, au terme de mon mandat, je veux ressentir une amélioration dans cette école, comme si quelque chose y avait changé. Je veux que cette école soit un modèle pour d’autres écoles », dit-elle.

Le MCC soutient également des comités de gestion dans des écoles au Zimbabwe, au Laos, en Zambie, au Cambodge et au Kenya. Ce soutien peut inclure la formation, l’implication des comités dans la façon dont les fonds du MCC sont dépensés dans l’école et la facilitation des échanges avec d’autres comités.

  • Écoles modèles
    Le partenaire de MCC, Tomorrow’s Foundation (fondation de demain), gère une école modèle à Calcutta en Inde depuis six ans. Maintenant, l’école va également devenir un centre de ressources pour 17 écoles gouvernementales en besoin de la ville, grâce à un accord entre la fondation et la Corporation Municipale de Calcutta (l’administration de la ville).

À l’école modèle, les enseignants donnent la priorité à l’apprentissage actif, aux projets de groupe et à une instruction créative pratique centrée sur les enfants. Les administrateurs et les enseignants ont collaboré pour élaborer le matériel pédagogique et une stratégie de protection de l’enfance. Ils ont également nommé des animateurs communautaires qui travaillent pour établir et renforcer les comités de gestion des écoles, qui visitent les maisons des élèves pour accroître la participation des parents.

Au printemps 2017, la Tomorrow’s Foundation a commencé à envoyer un enseignant hautement qualifié, appelé « paraenseignant », de l’école modèle vers chacune des écoles primaires gouvernementales pour y former les enseignants. Les paraenseignants ont été préparés à leurs fonctions, par des sessions de formation dirigées par la Tomorrow’s Foundation.

  • Programme élargi

Parfois, la lecture, l’écriture et les mathématiques ne sont que le début de l’instruction. La plupart des élèves qui fréquentent l’école primaire de Ruchunda dans la région du Sud-Kivu de République démocratique du Congo ont été déplacés par la guerre. Les écoles soutenues par le MCC mettent également en place des clubs de paix.

Animés par l’Église du Christ du Congo (ECC-MERU), partenaire du MCC, les clubs de paix enseignent aux étudiants comment résoudre sans violence les conflits. Les animateurs des clubs de paix sont également formés à la protection des enfants, à la résolution des conflits et au conseil informel.

Les Clubs de la Paix, œuvre partenaire du MCC, ont été créés par Issa Ebombolo en Zambie, mais leurs programmes se retrouvent actuellement dans 650 écoles de 14 pays africains. Les partenaires du MCC en Afghanistan, au Bangladesh, en Bosnie, en Palestine, en Colombie et au Nicaragua utilisent d’autres formes d’éducation à la paix dans leurs programmes d’éducation.

  • Éducation prenant en compte les traumatismes
    Quand les enfants ont été traumatisés par la guerre, ils peuvent avoir des difficultés d’apprentissage.

C’est certainement le cas en Syrie où les violences ont déchiré le pays et déplacé des millions de personnes au cours des cinq dernières années.

Dans ce contexte, l’Église orthodoxe syrienne, partenaire du MCC, offre une instruction tenant compte des traumatismes en faveur des enfants qui vivent encore dans le pays, afin que les élèves se sentent en sécurité et soutenus à l’école. Ils offrent également une formation pour aider les enseignants à comprendre comment les traumatismes affectent le comportement, les émotions et l’apprentissage des enfants. 

Rachel Bergen est une rédactrice du MCC.

L’ensemble des informations du MCC se trouve en anglais sur www.mcc.org/stories/news.

Au printemps 2017, Tomorrow’s Foundation, partenaire du MCC , a formé en Inde des « paraenseignants » pour former des enseignants payés par le gouvernement et pour établir des comités de gestion dans chaque école (Photo du MCC par Lynn Longenecker)


Photo en haut de l’article : les élèves de sixième année de l’école Al Hayat à Damas se réunissent pour remercier le MCC pour la formation des enseignants en résolution des traumatismes et pour les bourses en faveur des étudiants les plus démunis, y compris des familles déplacées par la guerre. ()

 

 

Contactez-nous

Envoyez nous un courriel et nous vous répondrons dès que possible.

Illisible ? Changez le texte. captcha txt
0

Commencez à taper et appuyez sur Enter pour rechercher

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer