Un mois sans supermarché

 Dans Christ Seul

Au mois de février 2018, Adèle et Priscilia ont observé un « mois sans supermarché ».

QUEL A ÉTÉ LE DÉCLENCHEUR DE CETTE ACTION ?

Priscilia : Cela faisait déjà environ deux ans que j’essayais d’aller plutôt acheter les aliments au marché, à la ferme urbaine ou à l’épicerie où tout est en vrac. Mais l’élément déclencheur a été un flyer avec des explications sur cette action. Cela m’a convaincue de tenter l’expérience.

Photo : www.pixabay.com

QUELS ONT ÉTÉ LES DÉFIS ?

Adèle : Un des défis a été de trouver certains produits. Nous avons découvert que nous pouvions en trouver certains dans les magasins « acceptables » (par ex. le dentifrice), mais pas d’autres (cartouches d’encre).

Priscilia : J’ai aussi constaté qu’il me fallait être beaucoup plus organisée : penser à prendre des sacs en tissu par exemple ou des bocaux avant d’aller faire les courses en vrac ; faire un crochet par le marché le jeudi soir.

 

QUELLES SONT LES DÉCOUVERTES ?

Adèle : Sincèrement, je ne pensais pas que nous allions tenir un mois. Cela a été possible, entre autres, parce que nous avions certains produits en réserve.

Priscilia : Je me suis rendu compte qu’en cherchant, je trouvais beaucoup plus de produits que ce que j’avais imaginé au départ. Le fait de devoir anticiper les achats a été le coup de pouce pour recommencer à cuisiner, et de surcroît plus sainement…

COMMENT CETTE ACTION A INFLUENCÉ VOTRE MODE DE CONSOMMATION ?

Adèle : J’ai développé le réflexe de me dire : « C’est jeudi, il faut que j’aille au marché ». Je me pose aussi plus consciemment la question : à quoi je veux vraiment faire attention ? Pour moi, il est plus important de consommer local et de saison que de ne pas aller du tout au supermarché.

CETTE ACTION A AUSSI ÉTÉ UN LIEN AVEC VOTRE FOI…

Adèle : Pour moi, le croyant est responsable de ses actions. Ce mois m’a permis de prendre conscience de certains gestes quotidiens : peut-être que, sans m’en rendre compte, j’ai un mode de vie égoïste par rapport à des personnes vivant dans des pays du Sud…

Priscilia : Je crois que Dieu nous demande de prendre soin de sa Création, alors que notre mode de consommation détruit la planète. Cette action nous apprend à nous contenter de ce que nous avons, à être parfois un peu frustrés, à bousculer nos habitudes.

QUE RECOMMANDEZ-VOUS À DES PERSONNES QUI VOUDRAIENT SE LANCER ?

Adèle : Il faut… se lancer ! Mais tout faire pour se « forcer » : pour développer le réflexe de chercher certains produits ailleurs, il faut vraiment bannir les grandes surfaces. Avant de vous lancer, renseignez-vous sur les petits magasins, marchés, fermes à proximité. Un mois, ça passe si vite !

Priscilia : Parlez-en autour de vous : cela suscitera curiosité et enthousiasme, plus que l’on ne le pense. Et les gens vous questionneront : où en êtes-vous ? Cela vous encouragera à poursuivre le défi.

Propos recueillis par Samuel Ninck, ChristNet

Pour aller plus loin…

www.christnet.ch  (forum chrétien de réflexion sociale, économique et environnementale)

Contactez-nous

Envoyez nous un courriel et nous vous répondrons dès que possible.

Illisible ? Changez le texte. captcha txt
0

Commencez à taper et appuyez sur Enter pour rechercher

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer