Démocratie raisonnable

 Dans Edito

La France s’apprête à voter pour les présidentielles. La campagne électorale a connu des rebondissements et, à l’heure où j’écris, on peut se demander si des surprises ne nous attendent pas encore, qui pourraient influer sur le résultat final… Le climat de « désespérance politique » est flagrant et la prime est donnée à qui se présente le plus « anti-système », incarne un pouvoir fort et propose des solutions qui paraissent simples. Beaucoup dans la population se sentent fragilisés économiquement alors que les « élites » se portent bien – merci pour elles !

SITUATION DANGEREUSE

« Il faut reconnaître, écrit le théologien baptiste Louis Schweitzer, que la situation est de plus en plus dangereuse. Car la démocratie suppose que les citoyens croient raisonnablement en elle. Tout désintérêt pour la politique peut ouvrir la porte aux extrémismes de tous bords. » Quand je suis arrivé en Alsace en 1996, la région était connue pour son vote élevé en faveur du Front National. Je me souviens m’être dit qu’il y avait quelque chose à faire au sein des Églises à ce sujet. 21 ans plus tard, les idées de l’extrême-droite se sont répandues et banalisées, puisqu’un Français sur trois est aujourd’hui d’accord avec elles.

EN PARLER EN ÉGLISE ?

Plusieurs articles de ce numéro abordent la question de ces élections (p. 3, 5, 6 et 32), car l’enjeu est important. C’est l’occasion de rappeler trois affirmations bibliques : le rôle du politique est d’oeuvrer à la justice pour tous ; une politique de la haine mène à la catastrophe ; Christ est Seigneur ou Président, ce qui situe les autorités de ce monde à leur place et exprime l’allégeance première des chrétiens et de l’Église. Parvenons-nous à parler de politique et des élections en Église ? Les ressources indiquées en page 3 peuvent y aider. Ainsi, Luc Olekhno- vitch, pasteur libriste, reconnaît : « Il n’y a pas de vote chrétien mais une manière chrétienne de voter en mettant, avec réalisme, un espoir relatif dans les politiques les moins mauvais (l’intégrité personnelle est un critère important), et les plus aptes à gouverner et à préserver la paix dans notre pays. Ne laissons pas la peur l’emporter, mais cultivons plu- tôt une manière chrétienne d’espérer pour notre pays et rendons, par des paroles et des actes d’amour, l’espoir à ceux qui désespèrent de la cité. »

 

POUR ALLER PLUS LOIN…
Chrétien : l’autre nationalité ! par Neal Blough, Nicolas Farelly, Philippe Gonzalez, Thomas Gyger, Christophe Paya, Michel Sommer, Marie-Noëlle von der Recke, Dossier de Christ Seul 2/2014.
À commander sur : www.editions-mennonites.fr

Contactez-nous

Envoyez nous un courriel et nous vous répondrons dès que possible.

Illisible ? Changez le texte.
0

Commencez à taper et appuyez sur Enter pour rechercher