Avant de voter…

 Dans Christ Seul

Au mois d’avril a lieu le premier tour de l’élection présidentielle en France. En tant que chrétiens, nous pouvons parfois être déboussolés quand il s’agit de voter. À certains égards, cela peut paraître normal, car la Bible ne s’exprime pas directement sur le sujet et les régimes politiques en vigueur aux temps des Écritures ne permettent pas une transposition directe à nos contextes actuels. Voici néanmoins quelques considérations concernant la situation française qui permettront – je l’espère – de mieux appréhender notre passage dans l’isoloir.

1. L’IMPORTANCE DU VOTE

Bien que citoyen d’un autre royaume (céleste celui-là), le chrétien n’en est pas moins membre d’une nation terrestre. Non seulement Dieu nous place dans le monde et ne nous en retire pas (Jn 17), mais plus encore, il nous appelle à y vivre comme sel et lumière (Mt 5). Ainsi, le vote est pour le chrétien une façon d’être témoin du Christ là où Dieu le place. C’est un moyen simple, à la portée de tous, mais cela ne signifie pas qu’il s’agit de l’unique expression du témoignage chrétien dans la société ni forcément du plus efficace !

2. S’ABSTENIR DE S’ABSTENIR

« Recherchez le bien de la ville où je vous ai menés en captivité, et priez l’Éternel en sa faveur, parce que votre bonheur dépend du sien. » La recherche du bien de la ville dont il est question en Jérémie (29.7) implique la prière, mais ne s’y restreint pas. Le vote peut alors en être aussi une expression ! En France, où la démocratie n’est peut-être pas parfaite, mais où elle n’est pas non plus qu’une façade, il me semble essentiel que le chrétien se déplace pour voter ; quitte à ce que ce vote soit blanc ! Là où l’abstention militante pourrait avoir un sens en dictature, rien ne me semble la justifier en France.

3. LES CRITÈRES DU VOTE

Une fois ce constat posé, il ne reste plus qu’à se demander pour qui voter. La personnalité du candidat peut avoir son importance. Pour autant, ce n’est pas parce que l’un d’entre eux se dit chrétien qu’il faut aveuglément jeter son dévolu sur lui. Si la Bible ne constitue pas en elle-même un programme politique, elle met néanmoins en avant un certain nombre de principes directeurs qui peuvent orienter notre choix : la dignité inaliénable de la personne humaine, l’attention particulière aux plus vulnérables, le respect de la création et d’autres encore…

4 . UN ARBITRAGE INCONTOURNABLE

Soyons réalistes : aucun candidat ne répondra à l’ensemble de nos attentes. Mais cela ne nous empêche pas pour autant de voter ! Il nous faut alors faire un arbitrage entre les différents programmes en tenant compte de l’ensemble des principes directeurs que l’on peut retirer de notre lecture de la Bible et en veillant à ne pas accorder une importance démesurée à l’un d’entre eux. Ce qui pourrait être préjudiciable.
Enfin, quel que soit le résultat de l’élection, reconnaissons que Dieu est souverain sur toute chose (Rm 13.1) et prions pour ces nouvelles autorités comme la Bible nous y invite (1Tm 2.1-2).

Contactez-nous

Envoyez nous un courriel et nous vous répondrons dès que possible.

Illisible ? Changez le texte. captcha txt
0

Commencez à taper et appuyez sur Enter pour rechercher

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer