Un Dieu plus grand

 Dans Edito

Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) de l’ONU a publié, le 8 octobre, un rapport sur les conséquences d’un réchauffement des températures de la planète de 1,5 °C par rapport à la période préindustrielle : canicules et sécheresses, extinction d’espèces, acidification et montées des océans, baisse de rendement des cultures… Limiter l’augmentation à 1,5 °C est un objectif exigeant : réduction des émissions de CO2 de 45 % d’ici 2030 et « neutralité carbone » en 2050.

Le consensus scientifique est massif : c’est bien l’activité humaine qui est la cause du réchauffement climatique. Pourtant, pris dans un système en surchauffe, les décideurs politico-économiques et les citoyens que nous sommes continuent, globalement, à polluer la planète sans vergogne et à se réjouir d’un été indien qui n’en finit pas… Il en coûte de changer, vraiment.

UN DIEU TROP PETIT

Et les chrétiens ? Notre Dieu est souvent trop petit. Nous négligeons le fait qu’il est le Créateur du ciel et de la terre et qu’il les transformera un jour. Cette Création, il y tient et l’a confiée à la gestion des êtres humains. Il ne souhaite pas la mettre à la poubelle parce que défigurée, mais la rendre plus belle (Rm 8.20-21).

Jean-François Mouhot, directeur du Centre A Rocha des Courmettes, interpelle : « Comment prétendre aimer le Créateur et laisser se détériorer tout ce qu’il a créé ? Ce serait un petit peu comme dire « J’aime Chagall » et laisser une bande de jeunes taguer ses toiles et brûler son musée sans réagir. Comment peut-on laisser la planète se réchauffer[…] sans se préoccuper des générations futures ou de ceux […] qui souffrent déjà des dérèglements climatiques ? » L’amour pour Dieu et pour le prochain conduisent au soin pour la Création. Tout est lié.

Plusieurs Églises mennonites de France ont construit, construisent ou vont construire de nouveaux bâtiments (p. 22-23). Verts ? Posons maintenant des signes, en Église et personnellement, du jour où (Ap 22.2) les feuilles de l’arbre de vie serviront à la guérison des nations et où (Ap 7.17) l’Agneau conduira les siens aux sources des eaux de la vie.

Contactez-nous

Envoyez nous un courriel et nous vous répondrons dès que possible.

Illisible ? Changez le texte. captcha txt
0

Commencez à taper et appuyez sur Enter pour rechercher

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer